Week end au Mans : la Cité Plantagenêt et la muraille gallo-romaine

26/01/2018

Par Maxime

 

Flâner dans les rues de la Cité Plantagenêt c’est marcher dans les pas de l’histoire mancelle. Des rues étroites, des pavés, des escaliers raides, j’ai presque l’impression que je vais croiser D’Artagnan à tous les coins de rues. Le vieux centre est si bien préservé que de nombreux films historiques y ont été tournés (Cyrano de Bergerac, Le Bossu ou encore Molière). Une centaine de maisons à pans de bois, des piliers « corniers » sculptés (anciennes enseignes commerciales) et des linteaux gravés racontent la vie quotidienne de cette cité du XIVe s.

La cathédrale Saint-Julien avec son architecture métissée (la nef est romane et le chœur gothique) et sa chapelle aux 47 anges musiciens peints sous ses voûtes, en fait un monument incontournable. Le quartier vit également au présent, avec ses nombreux artisans d’art (maître verrier, architecte d’intérieur, modiste, facteur d’instruments). En avril, durant les Journées Mans’Art, des centaines d’artisans et d’acteurs des métiers du patrimoine investissent la Cité et la cathédrale Saint-Julien pour présenter leur travail.

 

De nombreux détails et vues vont vous faire remonter le temps - © Guy Durand, Maxime Guillon, Jean-Philippe Berlose

 

En descendant vers la Sarthe, je découvre LE JOYAU du Mans : l'enceinte gallo-romaine datant de la fin du IIIe siècle. Bâtie en briques rouges et en pierre de roussard dessinant des formes géométriques, la muraille entoure toujours une partie de la vieille ville sur près de 500 mètres. 11 tours et 3 poternes demeurent encore très bien conservées.

Peu connue, cette imposante muraille est pourtant unique en Europe et vaut à elle seule le détour. L’enceinte du Mans est la mieux conservée de tout l’ancien empire romain, avec celles des deux capitales impériales : Rome et Byzance (Istanbul).

 

La muraille gallo-romaine au pied de la Cité Plantégenêt - © Air2D3

 

 

Je remonte dans le vieux centre pour y manger un morceau, car j’ai très envie de m’y promener cette nuit. La cité médiévale regorge de petits restaurants de bonne qualité. Les plats sont souvent à base de produits locaux. J’opte pour l’Epi’Curieux, dont le chef, François Ricordeau, vient de recevoir le prix Jeune Talent de l’Ouest du Gault et Millau. Je prends un Suzu Tofu, un plat à base de tofu préparé par le pâtissier Takayanagi au Mans aggrémenté de légumes de saison dont des choux de Bruxelles. Un délice, je ne pensais pas que le tofu pouvait avoir du goût, le chou lui, a perdu une partie de son amertume pour révéler d’autres saveurs. J’enchaine avec une pavlova aux agrumes pour le dessert (meringue séchée, chantilly mascarpone et suprêmes d’agrumes). Parfait !

Je ressort de là plus heureux que quand je suis rentré. Il pleut légèrement sur les pavés de la Cité Plantagenêt. Je sens que l’atmosphère va être particulière ce soir, une séance photo s’impose…

 

De l'Epi'curieux aux ruelles uniques de la Cité Plantagenet, il n'y a qu'un pas ! © Jean-Philippe Berlose, Maxime Guillon